Catégories
Fenêtres sur le Japon 2021-2022 Films sélectionnés pour l’édition 2021 Paris Projections

Le Front armé anti-japonais de l’Asie de l’Est [東アジア反日武装戦線] de KIM Mi-re, samedi 4 décembre 2021

Ce film fait partie des 5 documentaires sélectionnés pour le festival Fenêtres sur le Japon 2021. Il sera projecté le samedi 4 décembre 2021 à 15 h dans l’amphithéâtre 11E de l’Université de Paris (campus des Grands Moulins, 3e étage de la Halle aux farines [voir ce plan, p. 4], 15, esplanade Pierre Vidal-Naquet, Paris 13e). La projection sera suivie d’une discussion animée par Nicolas Pinet et Cyrian Pitteloud.

Données techniques

Titres originaux : Higashi ajia han-nichi busō sensen [東アジア反日武装戦線], Dong-asiaban-ilmujangjeonseon [동아시아반일무장전선]
Titre utilisé pour la diffusion au Japon : Ōkami o sagashite [狼をさがして]
Réalisatrice : KIM Mi-re [김미례]
Année : 2019
Durée : 74 min.
Pays : Corée du Sud
Langue : japonais, coréen
Sous-titres : français
Production : Gaam Pictures
Image : PARK Hong-yeol
Son : JUNG Sung-hwan, KIM Byung-oh
Musique : PARK Hyun-yoo
Montage : LEE Eun-soo, KIM Mi-re

Synopsis

Le 30 août 1974, une explosion fait voler en éclats la façade vitrée du siège de Mitsubishi Heavy Industries en plein cœur de Tokyo, provoquant la mort de huit personnes et faisant près de 300 blessés. L’attentant est revendiqué par la brigade des « Loups », une cellule du Front armé anti-japonais de l’Asie de l’Est. Deux autres cellules du Front se livrent à une série d’attentats similaires et ciblent des groupes industriels ayant fait fortune avant la guerre grâce à l’expansionnisme colonial dans la zone Pacifique. En retraçant la trajectoire et le destin des membres de ces cellules, la réalisatrice KIM Mi-re signe un film à la fois émouvant, poétique et politique qui lève le voile sur un pan méconnu de l’histoire contemporaine du Japon.

Réalisatrice

KIM Mi-re [김미례] est née en 1964 au nord de la province de Chungcheong, en Corée du Sud. Diplômée en langue allemande de l’université Hankuk des études étrangères (Séoul), elle est réalisatrice et productrice indépendante de documentaires. Ses films s’attachent à décrire les conditions de vie et les mouvements de lutte du monde ouvrier en Corée du Sud en dévoilant aussi les racines des mécanismes d’exploitation. En 2003, son documentaire Nous sommes des ouvriers, ou non? [Nodongjada Anida 노동자다아니다], qui donne la parole à quelques-uns des 20 000 chauffeurs de Remicon, ces camions-toupies qui approvisionnent en ciment les sites de BTP du pays, obtient le prix du documentaire au Festival international de films de Fribourg. En 2005, elle réalise Nogada [노가다] qui, partant de son père ouvrier maçon, dresse un état des lieux des conditions de vie des travailleurs journaliers du bâtiment en Corée du Sud et au Japon. Avec Weabak [외박] (2009), elle suit la grève massive de 2007-2008 des femmes intérimaires de la chaîne de grande distribution Homever pour la sauvegarde de leur emploi. En 2013, elle s’intéresse aux ouvriers des télécoms avec Sanda: Surviving [산다] qui obtient le prix du meilleur documentaire coréen au 5e Festival international du film documentaire DMZ. Le Front armé anti-japonais de l’Asie de l’Est est son cinquième long-métrage documentaire. En 2021, elle est récompensée du prix de la meilleure réalisatrice de documentaire lors des 8e Wildflower Film Awards qui récompensent le cinéma indépendant coréen.

Bande-annonce (japonais, sans sous-titres)

Catégories
Fenêtres sur le Japon 2021-2022 Films sélectionnés pour l’édition 2021 Paris Projections

Listening to the air [空に聞く] de KOMORI Haruka, samedi 4 décembre 2021

Ce film fait partie des 5 documentaires sélectionnés pour le festival Fenêtres sur le Japon 2021. Il sera projecté le samedi 4 décembre 2021 à 10 h 30 dans l’amphithéâtre 11E de l’Université de Paris (campus des Grands Moulins, 3e étage de la Halle aux farines [voir ce plan, p. 4], 15, esplanade Pierre Vidal-Naquet, Paris 13e). La projection sera suivie d’une discussion animée par Dimitri Ianni.

Données techniques

Titre original : Sora ni kiku [空に聞く]
Réalisatrice : KOMORI Haruka [小森はるか]
Année : 2018
Durée : 73 min.
Pays : Japon
Langue : japonais
Sous-titres : anglais
Production : Musée d’art de la préfecture d’Aichi
Image : KOMORI Haruka, FUKUHARA Yūsuke [福原悠介]
Son : FUKUHARA Yūsuke
Montage : KOMORI Haruka, FUKUHARA Yūsuke

Synopsis

La vie d’ABE Hiromi [阿部裕美], habitante de la commune de Rikuzentakata dévastée par les eaux a été bouleversée par le tsunami qui a frappé la côte est du Japon le 11 mars 2011. Après la catastrophe, de nombreuses stations de radio locales voient le jour afin de fournir un soutien psychologique et des informations sur la reconstruction aux populations locales. Dès la création de Rikuzentakata saigai FM [陸前高田災害FM], ABE Hiromi s’investit comme animatrice radio, recueillant la parole des sinistrés durant plus de trois ans et demi. La caméra de KOMORI Haruka la suit avec une grande délicatesse. Film sur la parole, la transmission de la mémoire collective et le besoin de sociabilité, Listening to the air ajoute à l’édifice mémoriel des rescapés une pierre indispensable face à l’oubli et à la transformation du paysage qui, à mesure de l’avancement des travaux monumentaux d’élévation du sol, érode les mémoires.

Réalisatrice

KOMORI Haruka [小森はるか] est née dans le département de Shizuoka et diplômée en arts intermédia des Beaux-Arts de Tokyo, ainsi que de la Film School of Tokyo. Au cours de ses études elle réalise quelques courts-métrages dont The Place Named (2012). Après le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, elle s’engage comme bénévole dans l’aide aux populations sinistrées. Elle se rend dans la région du Tōhoku en compagnie de la peintre et écrivaine SEO Natsumi [瀬尾夏美]. Ensemble, elles s’installent dans la commune de Rikuzentakata afin de poursuivre un travail de création basé sur l’enregistrement de paysages et de témoignages de ses habitants. Elles co-réalisent ainsi des installations telles que Under the Wave, On the Ground (2014). En 2015, elles déménagent à Sendai, la ville principale de la région et fondent l’association artistique NOOK, afin de travailler sur la transmission de la mémoire. En 2017, KOMORI Haruka réalise son premier long-métrage, Trace of Breath, qui remporte le prix du Jury de la 12e édition du festival Kinotayo (Paris). Listening to the Air (2018) est son deuxième long-métrage documentaire. Elle vient de co-réaliser La ville en deux strates [Nijū no machi / kōtaichi no uta o amu 二重のまち/交代地のうたを編む], primé lors du festival Sheffield DocFest 2021 et sélectionné pour la 15e édition du festival Kinotayo.

Bande-annonce (vosta)

Catégories
Fenêtres sur le Japon 2021-2022 Films sélectionnés pour l’édition 2021 Paris Projections

Ushiku [牛久], de Thomas ASH, vendredi 3 décembre 2021

Ce film fait partie des 5 documentaires sélectionnés pour le festival Fenêtres sur le Japon 2021. Il sera projecté le vendredi 3 décembre 2021 à 18 h dans l’auditorium de l’INALCO (65 rue des Grands Moulins, Paris 13e). La projection sera suivie d’une discussion animée par Hélène Le Bail.

→ Données techniques

Titre original : Ushiku [牛久]
Réalisateur : Thomas Ash
Année : 2021
Durée : 87 min.
Pays : Japon
Langue : japonais, anglais
Sous-titres : anglais
Production : Thomas Ash, Daniel Ndevu
Image : Thomas Ash
Son : Thomas Ash
Montage : Thomas Ash

Synopsis

Le taux d’acceptation des demandes d’asile au Japon est inférieur à 1 % et le plus bas des pays de l’OCDE. C’est au cœur d’un des centres de détention des demandeurs d’asile, situé dans la ville d’Ushiku au nord-est de Tokyo, que la caméra de Thomas Ash nous invite à pénétrer de manière clandestine afin de recueillir le témoignage de demandeurs d’asile emprisonnés. D’une force et d’un courage bouleversants, le film dépeint l’enfer psychique et physique de détentions souvent prolongées. Tourné dans le contexte de la pandémie de COVID-19 avec, en point de mire, le spectacle des JO de Tokyo, Ushiku jette une lumière crue sur une réalité méconnue.

Réalisateur

Thomas ASH est un réalisateur de documentaires indépendant né aux États-Unis. Titulaire d’un master en production audiovisuelle de l’université de Bristol (Royaume-Uni), il vit et travaille au Japon depuis une vingtaine d’années. Ses films abordent les thèmes de la santé et de la médecine comme dans Dying at Home et Suturing Cultures, deux documentaires télévisuels traitant respectivement des soins en fin de vie et de l’avenir des médecins au Japon. Son premier long métrage, The Ballad of Vicki and Jake, portrait d’une famille sans-abri en proie à des problèmes d’addiction à la drogue, a été primé au festival Visions du Réel de 2006. S’ensuit Jake, Not Finished Yet en 2009. Dans In the Grey Zone puis A2-B-C, il s’intéresse aux enfants vivant dans la zone d’exclusion nucléaire après la catastrophe de Fukushima de mars 2011. Avec -1287, il dresse un portrait émouvant de Kazuko, une femme en fin de vie – thème qu’il prolonge avec son film suivant Sending Off où les patients d’un petit village rural reçoivent des soins à domicile. Ushiku est son dernier long-métrage. Il a reçu le prix Nippon Docs du meilleur documentaire lors de la 20e édition du Festival Nippon Connection (Francfort) ainsi que le prix de la compétition Asie lors de la dernière édition du Festival international du film documentaire DMZ (Corée du Sud).

→ Bande-annonce (vosta)

Catégories
Fenêtres sur le Japon 2021-2022 Films sélectionnés pour l’édition 2021 Paris Projections

Ainu Neno an Ainu [アイヌ・ネノアン・アイヌ] de Laura LIVERANI et Neo SORA, vendredi 3 décembre 2021

Ce film fait partie des 5 documentaires sélectionnés pour le festival Fenêtres sur le Japon 2021. Il sera projecté le vendredi 3 décembre 2021 à 15 h dans l’auditorium de l’INALCO (65 rue des Grands Moulins, Paris 13e).

La projection sera suivie d’un échange en visioconférence avec la co-réalisatrice du film, Laura Liverani animé par Jean-Michel Butel.

Données techniques

Titre original : Ainu Neno an Ainu [アイヌ・ネノアン・アイヌ]
Réalisateurs : Laura LIVERANI & Neo SORA [空 音央]
Année : 2021
Durée : 73 min.
Pays : Japon
Langue : japonais, aïnou
Sous-titres : anglais
Production : Lunch Bee House (Laura LIVERANI, Neo SORA, Valy THORSTEINSDOTTIR [Valý ÞÓRSTEINSDÓTTIR])
Image : Neo SORA & Laura LIVERANI
Son : KAWAKAMI Takuya [川上拓也]
Montage : KAWAKAMI Takuya, Neo SORA

Synopsis

Fruit d’un projet documentaire ethnographique comprenant une série photographique, Ainu Neno an Ainu forme un recueil d’histoires et de témoignages d’Aïnous, un peuple autochtone vivant dans le nord de l’archipel, en particulier sur l’île septentrionale de Hokkaidō, annexée par le Japon en 1869. Maya, une jeune Aïnoue habitant le village de Nibutani, dont plus de 70% de la population est d’ascendance aïnoue, tisse l’écheveau de ces récits à travers lesquels s’esquissent les mouvements de l’histoire, de l’assimilation forcée à la discrimination subie, jusqu’à une récente revitalisation de la culture et de l’héritage aïnou. Servi par la beauté des cadres de Neo SORA et Laura LIVERANI, Ainu Neno an Ainu constitue un document rare : des récits à la fois intimes et collectifs qui interrogent notre rapport à l’altérité et à la place des cultures autochtones dans la modernité.

Réalisateurs

Laura LIVERANI est photographe documentaire et chargée de cours, titulaire d’un master en arts et médias de l’Université de Bologne et diplômée en études photographiques de l’université de Westminster à Londres. Elle partage sa vie entre l’Italie et le Japon. Son travail à dimension socio-anthropologique porte sur les questions de communauté et d’identité. Elle collabore aussi bien à des projets indépendants qu’à des commandes artistiques. Ses œuvres sont exposées dans de nombreux festivals et institutions culturelles à travers le monde. En 2014 elle rejoint Lunch Bee House, collectif d’artistes qui initie le projet documentaire Ainu Neno an Ainu, ayant pour but de recueillir et mettre en forme des récits aïnous. Une version installation du projet a été exposée à l’Institut culturel italien de Tokyo en 2017 ainsi qu’à la galerie G/P de Tokyo en 2018. Ainu Neno an Ainu est son premier long-métrage documentaire.

http://www.lauraliverani.com

Neo SORA est artiste et réalisateur, diplômé en études cinématographiques et en philosophie de l’université wesleyenne de l’Ohio, Neo SORA partage sa vie entre New-York et Tokyo. En tant que réalisateur il a produit et tourné des courts métrages, des documentaires, des clips musicaux, des spots publicitaires de mode ainsi qu’un film de concert. En 2014, il cofonde le collectif d’artistes Lunch Bee House avec lequel il se lance dans le projet documentaire Ainu Neno an Ainu. En 2017, il fait partie des invités de « Talents Tokyo », la seule édition asiatique de « Berlinale Talents », un programme de soutien aux jeunes talents mis en place par la Berlinale, le Festival international de film de Berlin. En compagnie de l’artiste Albert Tholen, il forme le duo artistique Zakkubalan qui travaille à l’intersection de la photographie et du cinéma. En 2020, il écrit et réalise le court-métrage The Chicken, adapté d’une nouvelle de Shiga Naoya [志賀 直哉]. Son film est sélectionné dans la compétition des Pardi di domani au Festival international du film de Locarno. Ainu Neno an Ainu est son premier long-métrage documentaire.

https://www.neosora.com

Bande-annonce (vosta)

Catégories
Fenêtres sur le Japon 2021-2022 Films sélectionnés pour l’édition 2021 Paris Projections

An Ant Strikes Back [アリ地獄天国] de TSUCHIYA Tokachi, vendredi 3 décembre 2021

Ce film fait partie des 5 documentaires sélectionnés pour le festival Fenêtres sur le Japon 2021. Il sera projecté le vendredi 3 décembre 2021 à 10 h dans l’auditorium de l’INALCO (65 rue des Grands Moulins, Paris 13e). La projection sera suivie d’un échange en visioconférence avec le réalisateur, avec l’aide de Takahata Yūki (interprétariat). 

Données techniques

Titre original : Ari jigoku tengoku [アリ地獄天国]
Réalisateur : TSUCHIYA Tokachi [土屋トカチ]
Année : 2019
Durée : 98 min.
Pays : Japon
Langue : japonais
Sous-titres : anglais
Production : groupe Low Position
Image : TSUCHIYA Tokachi
Son : TSUCHIYA Tokachi
Montage : TSUCHIYA Tokachi

Synopsis

Selon les chiffres officiels, au Japon, entre 2006 et 2017, 5 233 personnes ont été victimes de karōshi [過労死], mot désignant la mort par surmenage. Nishimura, jeune chef des ventes d’une entreprise de déménagement travaille sans compter, jusqu’à dix-neuf heures par jour. Épuisé, il provoque un accident de la route avec son véhicule de fonction et se voit contraint de signer une reconnaissance de dette abusive envers son employeur. Pour protester contre ces pratiques illégales, il décide de rejoindre un syndicat. C’est alors que ses ennuis commencent. Il est bientôt rétrogradé, jusqu’à se retrouver en charge de la déchiqueteuse de documents. Plongée au cœur de la vie d’un employé durant trois ans, An Ant Strikes Back constitue une mise à nu brutale des abus d’un capitalisme toujours plus répressif. Le documentaire ouvre aussi un horizon d’espérance en filmant les actions collectives pour la défense des droits et de la dignité des travailleurs.

→ Réalisateur

TSUCHIYA Tokachi [土屋トカチ] est né en 1971 dans le département de Kyoto. Après avoir travaillé comme journalier dans différents secteurs, en étant tour à tour livreur de journaux, commis de librairie et ouvrier en usine, il débute dans le milieu du cinéma en 1999. En 2006 il fonde le collectif Low Position avec les documentaristes ĪDA Motoharu [飯田 基晴] et TOKIDA Takashi [常田高志]. Observateur du monde du travail et des laissés-pour-compte du capitalisme, il s’attache à dénoncer les black kigyō [burakku kigyō ブラック企業], terme désignant au Japon les entreprises exploitant leurs salariés dans des conditions de travail dégradées. En 2008, il se fait remarquer par un premier long-métrage A Normal Life Please [Futsū no shigoto ga shitai フツーの仕事がしたい], dans lequel il suit un conducteur livreur de béton victime de discrimination syndicale qui tente de faire valoir ses droits. Son film est primé par le 17e Festival de Raindance (Londres) et le 6e Festival international du film de Dubaï. On lui doit également The Aging Degradation [Keinen rekka 経年劣化] (2013) et Secret of Konbini [Konbini no himitsu コンビニの秘密] (2017). An Ant Strikes Back est son dernier long-métrage. Sélectionné au Festival international de Yamagata, il a été récompensé du prix Nippon Online lors de la 20e édition du festival Nippon Connection (Francfort).

→ Bande annonce (vosta)

Catégories
Fenêtres sur le Japon 2021-2022 Paris Projections

Qui a volé le chaudron ?[月夜釜合戦] de SATŌ Leo, vendredi 12 novembre 2021

Après la projection, le 17 septembre 2021, du documentaire Yama – Coup pour coup (1985), décrivant les luttes des ouvriers journaliers de San’ya à Tokyo au début des années 1980, Fenêtres sur le Japon vous invite à poursuivre l’exploration des yoseba, ces quartiers regroupant la main d’œuvre journalière du pays, par le prisme cette fois d’une fiction contemporaine tournée dans le quartier de Kamagasaki à Osaka.

Qui a volé le chaudron ? [Tsuki yo kama gassen 月夜釜合戦] de SATŌ Leo (2017, 115 minutes, VOSTF) sera projeté au Cinéma La Clef (34 rue Daubenton, 75005 Paris) vendredi 12 novembre (ouverture de la salle à 19 h 30, début de la projection à 20 h, prix libre).

Ce film a été projeté lors de sa première internationale au 33e Festival international du film Entrevues Belfort (2018) sous le titre The Kamagasaki Cauldron War.

Synopsis

Lorsque le chef local des yakuzas se fait voler son « chaudron sacré », symbole de son pouvoir, une guerre pour le retrouver éclate entre ses hommes, un gamin de 12 ans, une prostituée et un pickpocket. Inspiré d’un classique du rakugo, tourné en 16 mm avec des habitants du quartier, Qui a volé le chaudron ? a été financé grâce à des dons et a demandé cinq années de travail. À la frontière du documentaire et de la fiction, le film se veut un hommage à la vitalité et au pouvoir de résistance du peuple de Kamagasaki tout autant qu’une comédie carnavalesque.

Réalisateur

SATŌ Leo [佐藤零郎] est né en 1981 à Kyoto. Il se forme au documentaire aux côtés du réalisateur SATŌ Makoto [佐藤真], le réalisateur de Vivre sur la rivière Agano [Aga ni ikiru 阿賀に生きる, 1992]. Travaillant de façon indépendante, il tourne en 2009 un premier documentaire Élégie du parc Nagai [Nagai seishun yoi yume uta 長居青春酔夢歌], consacré aux mobilisations contre l’expulsion des sans-abri du parc Nagai, dans le cadre des championnats du monde d’athlétisme d’Osaka. Qui a volé le chaudron ? est son premier long-métrage de fiction. Il a été récompensé du Grand Prix de la compétition internationale au Porto/Post/Doc, ainsi que du Prix du jury et du Prix de la meilleure image lors de la 14e édition du festival Kinotayo (Paris).

Bande-annonce (vost anglais)

Catégories
Fenêtres sur le Japon 2021-2022 Paris Projections

« A2 » de MORI Tatsuya, 1er octobre 2021

Après la projection d’A le 24 septembre 2021, le second documentaire de MORI Tatsuya autour d’Aum Shinrikyō, A2 (2001, 126 minutes, VOST anglais), sera projeté vendredi 1er octobre 2021 (17 h – 21 h) dans l’auditorium de l’INALCO (65 rue des Grands Moulins, Paris 13e).

La projection sera suivie d’une brève intervention de Nicolas Pinet (CRJ-CCJ, EHESS) sur le thème « Filmer / enquêter sur des groupes controversés », puis d’un échange avec le public.

L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Organisation : Nicolas Pinet en lien avec l’équipe Populations japonaises.
Contact : projections@fenetres-japon.fr

Synopsis

En 1996, le documentariste japonais MORI Tatsuya a été autorisé à filmer les activités quotidiennes des membres de la nouvelle religion Aum shinrikyō, peu après les attentats au gaz sarin commis par ce groupe, le 20 mars 1995, dans le métro de Tokyo, qui ont causé au moins 26 morts et 5 700 blessés. Il en a tiré deux documentaires, intitulés A (1997) et A2 (2001). Si ces films dépeignent la vie quotidienne du groupe religieux, renommé Aleph en 1999, ils dressent aussi un portrait sans concession des groupes et personnes amenées à interagir avec lui, médias, police et voisins et, plus largement, de la société japonaise au tournant du siècle.

Extrait (japonais, sous-titres anglais)

Affiche des projections-débats du 24/09/2021 et 1/10/2021 (300 dpi, pour impression).

Merci de diffuser l’information aux personnes qui pourraient être intéressées.

Catégories
Fenêtres sur le Japon 2021-2022 Paris Projections

« A » de MORI Tatsuya, 24 septembre 2021

Le premier documentaire de MORI Tatsuya autour d’Aum Shinrikyō, A (1998, 134 minutes, VOST anglais), sera projeté vendredi 24 septembre 2021 (17 h – 21 h) dans l’auditorium de l’INALCO (65 rue des Grands Moulins, Paris 13e). Le second documentaire, A2, sera projeté vendredi 1er octobre 2021 au même endroit.
La projection sera suivie de brèves interventions de
– Mary Picone (CRJ-CCJ, EHESS) : « Aum comme entité religieuse : Les enseignements du fondateur et les pratiques des adhérents »
– et César Castellvi (CRCAO, Université de Paris) : « “L’affaire Aum” et la critique des médias »,
puis d’un échange avec le public.
L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Organisation : Nicolas Pinet en lien avec l’équipe Populations japonaises.
Contact : projections@fenetres-japon.fr

Synopsis

En 1996, le documentariste japonais MORI Tatsuya a été autorisé à filmer les activités quotidiennes des membres de la nouvelle religion Aum shinrikyō, peu après les attentats au gaz sarin commis par ce groupe, le 20 mars 1995, dans le métro de Tokyo, qui ont causé au moins 26 morts et 5 700 blessés. Il en a tiré deux documentaires, intitulés A (1997) et A2 (2001). Si ces films dépeignent la vie quotidienne du groupe religieux, renommé Aleph en 1999, ils dressent aussi un portrait sans concession des groupes et personnes amenées à interagir avec lui, médias, police et voisins et, plus largement, de la société japonaise au tournant du siècle.

Extrait (japonais, sous-titres anglais)

Affiche des projections-débats du 24/09/2021 et 1/10/2021 (300 dpi, pour impression).

Merci de diffuser l’information aux personnes qui pourraient être intéressées.

Catégories
Fenêtres sur le Japon 2021-2022 Paris Projections

« Yama – Coup pour coup » [山谷—やられたらやりかえせ] de SATŌ Mitsuo et YAMAOKA Kyōichi, vendredi 17 septembre 2021

Le film documentaire Yama – Coup pour coup [Yama – yararetara yarikaese 山谷—やられたらやりかえせ] de SATŌ Mitsuo et YAMAOKA Kyōichi (1985, 110 minutes, vostf) sera projeté au Cinéma La Clef (34 rue Daubenton, 75005 Paris) vendredi 17 septembre (ouverture de la salle à 19 h 30, début de la projection à 20 h, prix libre).

Ce documentaire mythique décrivant la lutte des ouvriers journaliers dans le Tokyo des années 1980 est projeté pour la première fois en version Blu-ray avec des sous-titres français préparés pour l’occasion, grâce au travail précieux de Nathalie Benady et Christine Lévy.

Organisation : Dimitri Ianni et Nicolas Pinet
Contact : projections@fenetres-japon.fr

Synopsis

En décembre 1984, le réalisateur SATŌ Mitsuo entreprend le tournage d’un documentaire décrivant la vie des ouvriers journaliers dans le quartier de San’ya à Tokyo. Le 22 décembre il est assassiné par un membre du groupe yakuza qui contrôle le marché de l’emploi des journaliers. YAMAOKA Kyōichi, membre de la Sōgidan, le syndicat des ouvriers journaliers de San’ya, prend sa suite. Il sera également assassiné le 13 janvier 1986.

Prenant pour point de départ un conflit entre le syndicat des journaliers et le groupe yakuza qui les exploite, Yama – Coup pour coup se veut un film de combat, dénonçant les mécanismes d’exploitation dans les « yoseba », ces ghettos regroupant une réserve de main d’œuvre ouvrière à bas coût sur le dos de laquelle s’est forgée la prospérité du pays. Pensé et réalisé comme une arme de lutte et un outil de conscientisation, le film est une radioscopie brutale et sans concession d’un capitalisme japonais prisonnier de ses racines colonialistes, de sa pègre et de son idéologie impérialiste.

→ Affiche de la projection du 17/09/2021 (300 dpi, pour impression).

Merci de diffuser l’information aux personnes qui pourraient être intéressées.

Novembre 1983 : les ouvriers journaliers de San’ya font face au groupe yakuza Nishido (DR)

Pour aller plus loin

Textes

  • Gonon, Anne, « Les travailleurs journaliers », Cipango. Cahiers d’études japonaises, n° 2, 1993.
  • Gonon, Anne, Précarité et Isolement social : le monde des travailleurs journaliers japonais, Tokyo, Maison franco-japonaise, « Monographies de la MFJ », 1995, 220 p.
  • Mukai, Kōichirō, « La lutte de San’ya continue », Agone, n° 65, 2020, p. 239-254.
  • Pelletier, Philippe, « Qualité de la ville et ghettos de travailleurs journaliers au Japon », in Augustin Berque [dir.], La Qualité de la ville: urbanité française, urbanité nippone, Tokyo, Maison franco-japonaise, « Publications de la Maison franco-japonaise », 1987, p. 217-233.
  • Pelletier, Philippe, « Doyagai どや街 : le ghetto », in Philippe Bonnin, Masatsugu Nishida et Shigemi Inaga [dir.], Vocabulaire de la spatialité japonaise, Paris, CNRS, 2014, p. 112-114.
  • Pons, Philippe, Misère et Crime au Japon : du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1999, 551 p.
  • Traimond, Jean-Manuel, Le Japon mal rasé : voyage chez les anarchistes, les burakumin, les coréens-du-Japon, les uilta, et les autres, Lyon, Atelier de création libertaire, 2000, 145 p.

Films

  • Kim, Mi-re, Nogada, 2005.
  • Ogawa, Shinsuke [小川紳介], Dokkoi! ningen bushi kotobuki jiyū rōdōsha no machi [どっこい ! 人間節 寿・自由労働者の街 ; Dokkoi ! : Le Chant humain. Kotobuki : Le Quartier des ouvriers libérés], documentaire, Dimenshon [ディメンション], [1975] 2016.
  • Watanabe Takaaki [渡辺孝明], 81 kotobuki doyagai – ikiru [’81寿ドヤ街 - 生きる ; Le Doyagai de Kotobuki en 1981 : Vivre], documentaire, Yokohama dokyumento firumu [横浜ドキュメントフィルム], 1981.
  • Watanabe Takaaki [渡辺孝明], Kotobuki doyagai ikiru 2 [寿ドヤ街 生きる2 ; Le Doyagai de Kotobuki : Vivre 2], documentaire, Yokohama dokyumento firumu [横浜ドキュメントフィルム], 1984.
Catégories
Paris Projections

S’abonner à la liste d’informations de Fenêtres sur le Japon

Vous pouvez vous abonner à la liste d’informations à partir de cette page ou en envoyant un mail à fenetres_japon-request@alterinfos.org avec pour objet « subscribe ». Si vous cliquez sur l’adresse mail ci-dessus et que vous avez un logiciel de courriel configuré sur votre machine, cela devrait automatiquement ouvrir un mail avec l’objet pré-rempli. Il ne vous reste plus qu’à l’envoyer… Vous recevrez alors un mail pour confirmer votre abonnement.